Giotto, père de la B.D. : la chapelle Scrovegni à Padoue

 

Lorsqu’on analyse l’œuvre d’Hergé, on lui reconnaît une caractéristique importante : « la ligne claire ». Cette expression signifie, sur le plan du fond, que les aventures de Tintin, racontées de façon linéaire, sont faciles à suivre, se lisent facilement et  clairement. Sur le plan de la forme, les lexies (cases) se déchiffrent au premier coup d’œil, grâce à un dessin, basé sur la ligne, qui se lit sans ambiguïté possible, avec une lisibilité et une clarté inégalables.

Cette ligne claire, six cents ans avant Hergé, pourrait aussi qualifier le style de narration qu’adopte Giotto pour nous exposer, en une quarantaine de cases d’environ 2 mètres de côté peintes sur la totalité des murs d’une grande chapelle, la vie de Jésus, de sa mère et de ses grands-parents, Anne et Joachim. 

A l’heure où les « romans graphiques » connaissent un succès grandissant, nous vous convions au décodage de cette immense B.D. murale qui date de plus de 700 ans.

 

Thèmes concernés