- La Libye, carrefour des civilisations (périodes antiques)

 

Deux grandes régions sont à distinguer tant géographiquement que culturellement : à l’Ouest, la Tripolitaine - à l’Est, la Cyrénaïque.

Occupée par Carthage dès le 7e s. av. J.-C., la Tripolitaine était le siège de trois emporia – ou comptoirs : Leptis Magna, Oea (Tripoli) et Sabratha, qui se développèrent rapidement grâce aux produits de l’agriculture. Après la 3e guerre punique (milieu 2e s. av. J.-C.), la Tripolitaine tomba sous le pouvoir des rois numides mais garda une grande autonomie. Le commerce avec Rome s’accrut et, pour preuve, un comptoir des Sabrathéens fut installé au port d’Ostie.

Durant l’époque impériale, et malgré le fait qu’elles servirent de base à des opérations contre les Garamantes (tribu du Fezzan), les villes tripolitaines connurent une ère de paix. Au 2e s. ap. J.-C., Leptis Magna fut même le berceau de la dynastie des Sévères.

La Cyrénaïque connut une tout autre histoire. La ville de Cyrène fut fondée vers 630 av. J.-C. par des Grecs, plus exactement des habitants de Théra et devint rapidement la capitale d’une vaste région prospère. Cinq à six ans plus tard, d’autres Grecs venus surtout de Rhodes, du Péloponnèse et de Crète vinrent s’y installer et fondèrent les villes de Taucheira, Euhesperides, Barca.
En relations commerciales étroites avec la Grèce, la Cyrénaïque, terre fertile, connut une importante expansion économique et la dynastie locale des Battiades qui s’éteignit vers le milieu du 5e s. av. J.-C. laissa une terre pacifiée et surtout des villes florissantes. La Cyrénaïque, occupée dès le 6e s. par les Perses, se soumit spontanément à Alexandre en 331 av. J.-C. Commença alors une nouvelle ère de prospérité sous les Ptolémées malgré le besoin d’indépendance qui poussa les Cyrénéens à se révolter de temps à autre.
Dans le cadre de la lutte contre les pirates que Pompée mena dans la première moitié du 1er s. av. J.-C., la Cyrénaïque fut alors rattachée à la Crète. Ceci n’empêchera toutefois pas les tribus libyennes de se révolter, entraînant vers le désert plusieurs expéditions militaires romaines.
La Cyrénaïque était une importante région d’exportation de céréales, d’élevage de bétail et de chevaux de courses, et le silphion – plante valant son pesant d’or - en était le symbole.

Dans ces deux régions, la somptuosité des bâtiments, leur décoration architectonique et la richesse des matériaux témoignent de l’opulence de ces villes grecques et romaines, encore très bien conservées aujourd’hui et situées dans des sites splendides.

Thèmes concernés