Simone Veil, femme politique et moderne.

 

Simone Veil a marqué la lutte pour les droits des femmes. Le 26 novembre 1974, alors ministre de la Santé, elle présente devant les députés son projet de loi sur l’avortement.
Née en 1927 à Nice dans une famille juive aisée, arrêtée par la Gestapo en mars 1944 et déportée à Auschwitz, Simone Veil  s'inscrit à la faculté de droit après la guerre, devient magistrate et entre au gouvernement Giscard d’Estaing en 1974.
Il y a quarante ans, Simone Veil défendait donc à l’Assemblée son projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Le combat fut âpre, et même violent, jusqu’à l’adoption de la loi. Il faudra la mobilisation de femmes pour que la loi Veil soit vraiment appliquée. Pendant plusieurs années en effet, de nombreux médecins invoqueront la clause de conscience pour refuser de pratiquer l’IVG. En 1983, une loi autorise enfin son remboursement par la Sécurité Sociale.
Simone Veil sera ensuite élue première présidente du Parlement européen et deviendra le symbole personnel fort de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne. Députée européenne jusqu'en 1993, elle sera  ministre d'État des Affaires sociales dans le gouvernement d'Édouard Balladur (1993-1995) et achève sa carrière au Conseil constitutionnel (1998-2007). Elle s’est largement positionnée en faveur de l’union européenne.
Femme courageuse et volontaire, Simone Veil est l’une des figures politiques françaises les plus populaires.


Thèmes concernés